vendredi 30 décembre 2016

mercredi 21 décembre 2016

vendredi 16 décembre 2016

jeudi 15 décembre 2016

ECOUTER
PARTIE 1 
PARTIE 2

PARTIE 3- l'émission de Rimes et de notes de Marlène, avec les mêmes invités et Annick Cisaruk.

Deux ouvrages sont sur la sellette : Léo Ferré Sur le boulevard du crime de Daniel Patchenko - au Cherche Midi et Georges Brassens - J'ai rendez-vous avec vous, éditions Robert Laffont - avec pour invités Jean Paul Liégeois et Floréal Melgar qui, avec d'autres invités dans l'émission suivante de Rimes et de Notes poursuivront la présentation de ces deux ouvrages hors normes.
pour plus de détails du livre sur Brassens

pour plus de détails du livre sur Ferré

Voir Yves Uzureau qui chante Brassens.


jeudi 8 décembre 2016

jeudi 8 Décembre 2016 invité Fred Morisse

Ecouter
Partie 1
Partie 2

Paris pour un beafsteak.
Chanté par Armand Mestral, connu aussi comme acteur....



1)J’entends des fous parler de résistance,
De lutte à mort, de patrie et d’honneur !
Mon ventre seul exige une vengeance :
Sous le nombril j’ai descendu mon cœur.
Libre aux manants de rester patriotes,
Et de mourir sous les feux ennemis ;
Moi, j’aime mieux la sauce aux échalotes…
Pour un beefsteak, messieurs, rendons Paris.


2)Vive la Paix ! La France est aux enchères ;
Demain, bourgeois, vous pourrez regoinfrer.
Bismarck attend au château de Ferrières
Que dans Paris, Thiers lui dise d’entrer.
Favre griffonne un dernier protocole,
Trochu renonce à son plan incompris…
Allons Brébant, tourne la casserole :
Pour un beefsteak, on va vendre Paris.
Allons Brébant, tourne la casserole :
Pour un beefsteak, on va vendre Paris.


3)Que font à moi l’Alsace et la Lorraine ?
Dans ces pays, je n’ai ni champ ni bien.
Que le Prussien nous les laisse ou les prenne,
Je m’en bats l’œil, car je n’y perdrais rien.
Plus que Strasbourg, ma table m’intéresse :
Metz ne vaut pas une aile de perdrix ;
Et puis, tout ça fait bouder ma maîtresse…
Pour un beefsteak, messieurs, rendons Paris.
Et puis, tout ça fait bouder ma maîtresse…
Pour un beefsteak, messieurs, rendons Paris.


4)Allons, c’est dit, bobonne, fais toilette ;
Au salon bleu remets des rideaux neufs.
Et toi, Manon, va battre l’omelette :
Grâce aux Prussiens, nous mangerons des œufs.
Je veux demain recevoir à ma table
Trois Bavarois, et je veux qu’on soit gris…
Vive la paix ! la Patrie est au diable !
Pour un beefsteak, on a rendu Paris.
Vive la paix ! la Patrie est au diable !
Pour un beefsteak, on a rendu Paris.


et un cinquième couplet absent ..

On dit encor que la France est mourante ;
Que l’étranger lui ronge les deux flancs ;
Et que partout, sous leur botte sanglante,
Comme des serfs, nous courbent les uhlans.
Pleure qui veut de cette scène amère,
Mais que la paix mette fin à ces cris !
La viande manque chez ma cuisinière…
Pour un beefsteak, messieurs, rendons Paris.
La viande manque chez ma cuisinière…
Pour un beefsteak, messieurs, rendons Paris.



Paris pour un beefsteak est une chanson écrite pendant et à propos du Siège de Paris (1870) le 15 octobre 1870 par Emile Deureux, dans le journal de Blanqui La Patrie en danger1sur l'air de Le Plan de Trochu. (source wikipedia)

dimanche 4 décembre 2016

dimanche 4 Décembre

Un grand hommage à ce maître du dessin qui s'en va, avec lequel nous avons, pour beaucoup d'entre nous, de bons souvenirs de jeunesse. 
Gotlib est parti ! Snif. Snif. Le Luron est triste, la coccinelle, les lecteurs et le monde.....

Il y a plus de quarante ans, après Hara kiri et Charlie Hebdo, un autre journal en forme de BD apparaissait. Il inovait dans un humour un peu moins "hard"que les autres,  mais un peu plus intello peut-être. Le dessinateur traitait  admirablement  l'excès des comportements de ses contemporains qui amène à l'absurde. Cette bêtise, particulière à l'homme (et à la femme),  qui laisse aveugle, arrogant, capable de tout, comme Superdupont....et surtout capable du pire.
la coccinelle 

Gotlib a été un des trois fondateurs de l'Echo des Savanes en 1972, avec Claire Brétécher et Nikita Mandrika. 
On se souvient que Gotlib n'a pas hésité à pratiquer..... le blasphème !  A cela on voit combien de nos jours, les mentalités ont changées  .... 
Si vous n'avez jamais entendu, ni vu ce conte dits des Dieux,  prépucez-vous vite avant la circoncision !